Les femmes et la discrimination du Pr Saïda Douki Dedieu
Florence Samson - d'une entreprise, d'une association, d'un territoire
RSS

Articles récents

AGRICULTURE Un monde à plusieurs vitesses et sous pression
L'égo, notre pire ennemie
Macron : Le voile se lève et le vernis craque
Roue de l'éveil spirituel
Trump sacrifie l'avenir de nos enfants

Catégories

Développement personnel
Economie, emploi
Evènements
Faits de société
Mes écrits
Mon parcours professionnel
Quatrième de couverture de mes essais
SITE ACSER.ORG
Sur la Toile
fourni par

Mon blog

Les femmes et la discrimination du Pr Saïda Douki Dedieu

Les Femmes et la discrimination Dépression, religion, société, un livre de la Professeur Saïda Douki Dedieu  à mettre entre les mains de nos dirigeants. Saïda Douki Dedieu analyse l'étendu des situations sociales pathogènes en s'intéressant tout particulièrement à la condition des femmes musulmanes. Franco-tunisienne, elle nous démontre que la promotion du statut des femmes est une voie potentielle de prévention pour leur santé et qu'elle est surtout la condition indispensable de la démocratie dans les pays musulmans et de la fin du "choc des civilisation".
 
L'instruction des filles passent en dernier, elles sont là pour servir les hommes de la maison. Sur elles et elles uniquement reposent l'honneur de la famille. Si un homme peut avoir une vie sexuelle avant le mariage, il n'en est rien pour les femmes. Si par malheur elle y ont goutté, les hommes ont droit de vie ou de mort sur elles. Elles sont coupables d'avoir déshonoré la famille. Si elles sont victimes d'un viol, elles subissent le même sort car coupable d'avoir était source d'envie. "Les crimes d'honneur : le sang lave plus blanc" comme le dit l'auteur. Pire encore, Saïda nous fait part d'une femme kamikaze qui agit ainsi non pas par conviction politique mais suite à un lavage de cerveau qui lui fait comprendre qu'elle rendra l'honneur de sa famille en mourant en martyre après avoir été victime d'un viol.
 
La stérilité au sein d'un couple est toujours la faute de la femme. Une femme stérile ne vaut rien, elle est répudiée et l'honneur de sa famille est sali. La femme n'a pas droit d'éprouver de plaisir dans les relations sexuelles, d'où les mutilations génitales. Seul son rôle est de procréer (de préférence des garçons) et de satisfaire le plaisir de l'homme. La contraception y est plus, de fait plus que tabou. Arrivée à la ménopause, les femmes sont un peu plus libres, mais l'âge avançant elles sont un peu plus seules.  
La vie professionnelle est aussi bridée. Les femmes n'ont pas accès à certains métiers réputés masculins, elles sont sous-payées et une fois mariée tout est mis en place pour qu'elles demeurent au foyer, car une bonne épouse doit se consacrer à ses enfants, son mari, son foyer. Si elle est répudiée ou que le couple divorce, elle peut garder ses enfants, mais les perd de fait si elle se remarie.
 
On pourrait énumérer de nombreux passages de ce livre qui montre le poids colossale de la tradition qui est de fait véhiculée par les femmes elles-mêmes à leurs enfants par crainte d'être cataloguées de mauvaises mères. Ainsi l'engrenage perdure. Pis encore, avec la montée des intégrismes, notamment de la rigueur de l'Islam wahhabite de la péninsule arabique, les femmes perdent à nouveau de plus en plus de droit. L'illustration est faite avec les printemps arabes où la confrérie des frères musulmans s'est tenue en embuscade pour mieux voler leur révolution aux tunisiens, aux égyptien, aux libyens. Ils sont aussi présents en Syrie, prêts à prendre le pouvoir et à imposer une nouvelle dictature, celle de la religion omnipotente.
 
Une fois de plus les femmes sont les grandes perdantes.
 
Il est incompréhensible qu'en France des femmes se convertissent à l'Islam, acceptent le voile... alors que les femmes musulmanes se battent pour ne plus le porter, pour leur liberté, pour refuser la polygynie qui est aussi une réalité en France où plus de 20 000 familles sont concernées faisant fi des lois de notre Nation, au même titre que les mariages forcés le plus souvent avec un cousin plus âgé.
 
Ma conclusion personnelle sur ce livre, rejoint ce que j'écris de puis de nombreuses années.
 
Si nos dirigeants laissent faire ainsi les choses dans notre pays et ne font pas respecter les lois de notre Nation, ils se rendent coupables de la violence faite à ces femmes sur notre propre territoire et ils donnent un signal fort à ceux qui par tous les moyens veulent imposer la Ouma en France, en Europe et à travers le monde. Les musulmans laïques vivant en France et en Europe sont tout aussi responsables de la montée de l'islamophobie par leur silence en ne défendant pas les valeurs laïques de la France. 

0 commentaires pour Les femmes et la discrimination du Pr Saïda Douki Dedieu:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment