Discours de politique générale de Manuel Valls et après ?
Florence Samson - d'une entreprise, d'une association, d'un territoire
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Articles récents

AGRICULTURE Un monde à plusieurs vitesses et sous pression.
Redéfinir notre échelle de valeurs.
La construction de l'Europe fête ses 60 ans
LE MONDE ASSOCIATIF UN ACTEUR DE LA VIE ÉCONOMIQUE EN FRANCE
Quand notre zone de confort est bouleversée : savoir mettre son cerveau au diapason de son cœur

Articles les plus populaires

Rencontre avec Anne Kayanakis, Procureur de la REPUBLIQUE
Malaise dans la Gendarmerie
Les nouveaux sites de recrutement en ligne innovent et cassent les prix
" DEVELOPPEMENT DURABLE et INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE"
LE SYMBOLE DE L’EMPIRE

Catégories

Economie, emploi
Evènements
Faits de société
Mes écrits
Mon parcours professionnel
Quatrième de couverture de mes essais
SITE ACSER.ORG
Sur la Toile

Archives

mai 2017
avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
août 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
août 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
février 2012
janvier 2012
décembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
août 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
février 2011
janvier 2011
décembre 2010
novembre 2010

fourni par

BIO PRO ET BIBLIOGRAPHIE

Discours de politique générale de Manuel Valls et après ?

Le Premier ministre a prononcé devant les parlementaires son discours de politique générale le 8 avril 2014.

« Trop de souffrance, pas assez d’espérance, telle est la situation de la France », a lancé Manuel Valls en commençant sa déclaration de politique générale devant les députés. 

Quels sont les remèdes que veut apporter le premier ministre à cette souffrance afin de redonner espoir au français ?

Tout d'abord, « dès le 1er janvier 2015, les cotisations salariales seront diminuées pour les salaires au niveau du SMIC », a-t-il indiqué. Selon lui, la mesure permettra de « procurer 500 euros par an de salaire net supplémentaire » aux salariés concernés, qui touchent le salaire minimum. « C’est presque la moitié d’un 13e mois pour un salarié payé au SMIC », a-t-il fait valoir, soulignant que « ce gain sera dégressif entre le SMIC et 1,3 fois le SMIC ». D'ici là les français devront attendre alors que c'est aujourd'hui qu'ils ont besoin de pouvoir d'achat avec l'augmentation du coup de la vie et des impôts. Si la mesure favorise les très bas salaires, rien n'est fait pour ceux qui gagnent légèrement plus et qui ne parviennent que très difficilement à joindre les deux bouts.

Dans le cadre du « pacte de responsabilité », les cotisations patronales à l’Urssaf seront« entièrement supprimées » au 1er janvier 2015, a indiqué Manuel Valls. Cela permet d’aboutir à « zéro charges pour l’employeur d’un salarié payé au SMIC », selon lui. La réduction du coût du travail permettra de gagner légèrement en compétitivité pour nos entreprises, mais ne créera pas d'emplois. Par ailleurs, Manuel Valls s’est engagé à une baisse de l’impôt sur les bénéfices des sociétés et à la suppression d’un impôt sur le chiffre d’affaires, ainsi que d’une série de petites taxes sur les entreprises. Les entreprises, notamment les TPE et PME ont depuis la crise beaucoup rogné sur leur marge, leur trésorerie et parfois même sur la recherche et le développement. C'est une légère bouffée d'oxygène qui n'aura un impact qu'à moyen terme et non dans l'immédiat.

Réduire de 50 milliard d’euros la dépense publique de 2015 à 2017. C'est à priori une bonne nouvelle. Ces "économies" seront largement faites au détriment d'organismes et collectivités publiques qui seront obligées de les répercuter sur la population. Au final, c'est le contribuable qui paiera de sa poche les économies de l'Etat sans que celui-ci ne change profondément son train de vie. 

Une réforme territoriale qui redessinera la France passant de 22 régions à 11 régions d’ici à 2017, et de suppression des conseils départementaux (nouvelle appellation des conseils généraux) « à l’horizon 2021 ». Une réforme qui peut être utile sur certains territoires pour les régions, comme la Basse et la Haute Normandie, mais qui peut également fragiliser une région du fait de la fusion avec une autre région moins dynamique. Pour ce qui est de l'Aquitaine, il serait plus logique de la rapprocher de celle du Midi Pyrénées et non du Poitou Charentes. En effet l'Aquitaine et Midi Pyrénées sont déjà complémentaires dans certains domaines comme celui de l'aéronautique avec le Cluster Aérospace Valley. Ces deux régions constituent le premier bassin d'emplois européen dans le domaine de l'aéronautique, de l'espace et des systèmes embarqués avec 130 000 emplois industriels, 1600 établissements, un tiers des effectifs aéronautiques français, plus de 50% dans le domaine du spatial et 8500 chercheurs.  Le Cluster Agri Sud-Ouest innovation est aussi fortement implanté en Aquitaine et en Midi-Pyrénnées. Le secteur agricole et agro-industriel est le 1er employeur dans les deux régions avec 220 000 emplois... 
Le premier ministre a également proposé « la suppression de la clause de compétence générale » pour les collectivités territoriales. Or, cette clause permet à une collectivité - région, département ou commune - d’intervenir dans tous les domaines qu’elle juge nécessaires pour le développement et l'anticipation économique de son territoire, au plus près des réalités du terrain.

Cette réforme territoriale ne pourra se faire que dans la concertation en analysant bien les inter-actions déjà existantes entre les régions et n'est pas l'urgence du moment. l'urgence est dans l'emploi, la relance économique et le recherche et le développement. En effet, un pays qui n'est pas à la pointe de l'innovation est un pays qui se meurt et voit fuir ses jeunes et ses cerveaux, mettant un peu plus en danger notre Nation et son influence sur l'échiquier mondial.

0 commentaires pour Discours de politique générale de Manuel Valls et après ?:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment