Valses politiciennes
Florence Samson - d'une entreprise, d'une association, d'un territoire
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Articles récents

Redéfinir notre échelle de valeurs.
La construction de l'Europe fête ses 60 ans
LE MONDE ASSOCIATIF UN ACTEUR DE LA VIE ÉCONOMIQUE EN FRANCE
Quand notre zone de confort est bouleversée : savoir mettre son cerveau au diapason de son cœur
Réglementer plus drastiquement la fonction d'attaché parlementaire.

Articles les plus populaires

Rencontre avec Anne Kayanakis, Procureur de la REPUBLIQUE
Malaise dans la Gendarmerie
Les nouveaux sites de recrutement en ligne innovent et cassent les prix
" DEVELOPPEMENT DURABLE et INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE"
LE SYMBOLE DE L’EMPIRE

Catégories

Economie, emploi
Evènements
Faits de société
Mes écrits
Mon parcours professionnel
Quatrième de couverture de mes essais
SITE ACSER.ORG
Sur la Toile

Archives

avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
août 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
août 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
février 2012
janvier 2012
décembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
août 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
février 2011
janvier 2011
décembre 2010
novembre 2010

fourni par

BIO PRO ET BIBLIOGRAPHIE

Valses politiciennes

"La liberté politique ne consiste pas à faire ce que l'on veut" comme l'indiquait Montesquieu dans l'Esprit des Lois en 1748. Or aujourd'hui nous assistons à des valses politiciennes.

Tout d'abord, les politiques oublient qu'ils sont comptables devant les électeurs de leurs actes, des engagements qu'ils prennent au nom d'un peuple.

Par ailleurs ils en oublient que leur fonction n'est pas une profession, que c'est une charge que leur confie le peuple pour gérer la Nation au nom de tous. In fine pour bien accomplir celle-ci, on ne peut pas être aux champs, à la moisson, au moulin et four. Il faut qu'à chaque échelon des mandats politiques, il y ait une personne différente, ainsi, la concentration du pouvoir aux mains d'un certain petit nombre ne sera plus. Il y a danger de confier toutes les clefs d'un château à une seule et unique personne. En effet, elle devient indispensable de fait, or les indispensables il y en a plein les cimetières. Pourtant, il est à croire que les politiques que nous voyons depuis des décennies à des postes importants sont indispensables. Sans eux apparemment le château s'écroule. Tout du moins c'est ce qu'ils tendent à nous faire croire. En quittant la politique puis en voulant revenir tel le sauveur qui a lui seul les réponses à tous les maux de la Nation. Sommes-nous contraints ad vitam aeternam à n'avoir toujours que les mêmes ? Non ! Nous avons le choix. Le choix de dire stop à ces valses politiciennes qui tournent en cercle bien étroit et ne laissent que peut de place à l’émergence de nouveaux talents, de nouvelles idées avec la complicité des journalistes qui font des "Unes" alléchantes pour vendre du papier. Rares sont les journalistes qui aujourd'hui ne font pas des "ménages" comme on dit dans le milieu. Rares sont ceux qui osent dire, contredire et dénoncer le monde politique.

Les politiciens grecs, qui vivaient dans le gouvernement populaire, ne reconnaissaient que d'autre force qui pu les soutenir que celle de la vertu. Ceux d'aujourd'hui ne nous parlent que de manufactures, de commerce, de fiances, de richesses et luxe même comme le disait déjà à son époque Montesquieu. Or aujourd'hui cette citation est encore d'actualité car la vertu est chose rare en politique.

Alors c'est à nous citoyens de faire changer les choses, de ne plus croire aux promesses de ces politiciens qui dansent depuis des décennies sur la même valse sans changer de tempo. Car au final, "Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent." . C'est pourquoi, c'est à nous citoyens d'initier le changement en s'engageant pour que de nouveaux talents apportent de nouvelles notes de musique à cette valse politicienne et en enrichisse le tempo et la mélodie.

0 commentaires pour Valses politiciennes:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment