Syrie, pactiser ou pas avec le diable ?
Florence Samson - d'une entreprise, d'une association, d'un territoire
RSS

Articles récents

Macron : Le voile se lève et le vernis craque
Roue de l'éveil spirituel
Trump sacrifie l'avenir de nos enfants
Savoir déconnecter pour soi
AGRICULTURE Un monde à plusieurs vitesses et sous pression.

Catégories

Développement personnel
Economie, emploi
Evènements
Faits de société
Mes écrits
Mon parcours professionnel
Quatrième de couverture de mes essais
SITE ACSER.ORG
Sur la Toile
fourni par

Mon blog

Syrie, pactiser ou pas avec le diable ?

En raison de l'afflux des migrants en Europe du fait des guerres en Syrie, Irak, Afghanistan et de la poussée de l’État Islamique au Levant, nous avons à nouveau un flot discontinu d'informations sur la guerre qui ravage la Syrie.

La Syrie est à nouveau au cœur des préoccupations internationales et de lutte de pouvoir entre la coalition pro-américaine et la Russie.

Par ailleurs, depuis début octobre 2015, comme on pouvait s'y attendre, Israël, la Cisjordanie et Jérusalem sont en proie à des violences quotidiennes. L'escalade des violences entre Palestiniens et Israéliens se poursuit, plongeant les belligérants dans une posture de guerre.

Le 10 octobre La Turquie est frappée par l'attentat le plus meurtrier de son histoire. Attentat que le Président Erdogan souhaite mettre sur le dos du PKK.Cet attentat vient en effet souffler sur les braises du conflit kurde, déjà ravivées par les affrontements récents entre l'armée et le PKK. Alors que la Turquie dit avoir rejoint la coalition contre l’État Islamique au Levant, ses premières frappes en Irak l'ont été pour des rebelles Kurdes qui se battent contre l'obscurantisme des fous du drapeau noir..

En Jordanie, la situation du pays devient inextricable du fait de l'importance des migrants fuyant la guerre. Le Pays n'a pas les moyens de gérer une vague migratoire. Les camps de réfugiers sont plein à craquer.

S'ajoute à toute cette instabilité, comme nous le disions, les relations tendues de la coalition pro-américaine avec les Président Russe Poutine, qui compte parmi ces partenaires l'Iran et la Chine. Fin septembre, le porte-avions chinois Liaonong- CV-16 accostait dans le port syrien de Tartous, accompagné par un croiseur lanceur de missiles guidés pour soutenir l’effort de guerre russo-iranien. Objectif de cette triple alliance, soutenir le Président Syrien Bashar Al Assad dans sa lutte contre les rebelles au régime et l’État Islamique au Levant. Alors que de son côté l'alliance pro-américaine n'a qu'un objectif, éradiquer l’État Islamique au Levant.

A ce stade des évènements doit-on ou pas pactiser avec le diable Bashar Al Assad ?

La réponse est oui, de façon transitoire si nous voulons éradiquer l'Etat Islamique au Levant et ses franchisés à travers le monde. Tout comme nous combattons Al Qaeda.

Certes le régime de Bashar Al Assad a commis des atrocités dont il devra répondre, mais l'urgence absolue est d'éviter un embrasement total dans cette partie du globe. Cet embrasement qui reprend en Israël, en Cisjordanie, va finir par se répandre en Jordanie, au Liban où de nouvelles tensions réapparaissent comme au temps de la guerre, en Égypte où les Frères musulmans profiteront de l'occasion pour réembraser le pays.

A nous de voir si nous voulons, demeurer sur le joug des Djihadistes, voir la Paix l'emporter ou que la troisième guerre mondiale éclate...

Pour ma part, je opposée à toute forme de dictature et d'obscurantisme. En tant que femme je refuse l'obscurantisme de ces fous d’Allah. 



0 commentaires pour Syrie, pactiser ou pas avec le diable ?:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment