La gestion prévisionnelle des emplois et compétences, moteur du développement économique
Florence Samson - d'une entreprise, d'une association, d'un territoire
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Articles récents

Redéfinir notre échelle de valeurs.
La construction de l'Europe fête ses 60 ans
LE MONDE ASSOCIATIF UN ACTEUR DE LA VIE ÉCONOMIQUE EN FRANCE
Quand notre zone de confort est bouleversée : savoir mettre son cerveau au diapason de son cœur
Réglementer plus drastiquement la fonction d'attaché parlementaire.

Articles les plus populaires

Rencontre avec Anne Kayanakis, Procureur de la REPUBLIQUE
Malaise dans la Gendarmerie
Les nouveaux sites de recrutement en ligne innovent et cassent les prix
" DEVELOPPEMENT DURABLE et INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE"
LE SYMBOLE DE L’EMPIRE

Catégories

Economie, emploi
Evènements
Faits de société
Mes écrits
Mon parcours professionnel
Quatrième de couverture de mes essais
SITE ACSER.ORG
Sur la Toile

Archives

avril 2017
mars 2017
février 2017
janvier 2017
décembre 2016
novembre 2016
octobre 2016
août 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
août 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
février 2012
janvier 2012
décembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
août 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
février 2011
janvier 2011
décembre 2010
novembre 2010

fourni par

BIO PRO ET BIBLIOGRAPHIE

La gestion prévisionnelle des emplois et compétences, moteur du développement économique

Demain, se prépare aujourd'hui. Or notre économie aujourd'hui semble être dans le mur. Mais ce n'est pas une fatalité.

Il existe des actions qui doivent être mises en place afin de relancer l'économie de notre pays.

Nous devons premièrement faire un véritable audit de la situation économique, emploi et formation au sein des entreprises françaises. Ainsi, nous connaîtrons exactement quels sont leurs besoins. Ce n'est qu'à partir du terrain au plus près des entreprises que nous pourrons faire ressortir un véritable plan d'action.

Pour cela, il faut mettre en place des observatoires locaux de l'économie, de l'emploi et de la formation. En effet, ces trois items ne peuvent pas être dissociés. Ainsi, une fois cet audit fait et révisé chaque année, il sera possible de mettre en œuvre une véritable gestion prévisionnelle des emplois et compétences sur le territoire.

Objectifs, répondre aux besoins des entreprises en matière de compétences, de savoir faire et de savoir être. Mais pour cella il faut qu'elles comprennent que la GPEC est un véritable outil de développement. Nous savons qu'aujourd'hui, 66% des métiers n'existent pas où vont évoluer vers de nouvelles compétences en raison du développement de la technologie et des engagements de respect de l'environnement.

Nous aurons donc besoins de personnes formées sur des compétences socles métiers et elles devront également se former tout au long de leur carrière afin de suivre l'évolution de leur métier. Ainsi, il faut également faire comprendre à nos entreprises l'importance de former leur salarié. C'est pour un elles un investissement à long terme et non une perte d'argent.

Par ailleurs, nous devons aider au développement les entreprises en pointe dans les nouvelles technologies et réindustrialiser la France. Notre pays ne peut pas devenir un pays où seuls les emplois du tourisme, du service à la personnes deviennent majoritaires.

Nous ne pourrons pas endiguer le chômage en France si nous ne repensons pas notre développement économique.

Les baisses de charges ne sont que des pansements et non un traitement de fonds dont a besoin la France.

Nous devons prendre conscience que les chômeurs ont des compétences transverses et cesser de les enfermer dans des cases. Il nous faut donc travailler sur la transversalité des compétences dans les métiers.

Enfin, on nous parle d'augmenter l'âge de la retraite, pourquoi pas. Mais faudrait-il qu'un chômeur sénior soit 45 ans puisse retrouver un emploi. On parle toujours du chômage des jeunes, mais celui des seniors est tout aussi inquiétant. Soyons cohérents avec nos discours et les faits.

Ayant travaillé dans une Maison de l'Emploi dont le métier était d'être dans l'économique à visée emploi et ayant menée des actions de gestion prévisionnelle des emplois et compétences en collaboration avec les branches professionnelles, les OPCA, les organismes de formation, la Direccte, je suis convaincue par la nécessité de la GPEC et de la GPECT au plus près des bassins d'emploi.

Alors que nous connaissons un chômage exponentiel, l’État s'étant désengagé financièrement des Maisons de l'Emploi, elles ont toutes fermées mettant 2000 salariés sur le carreau, à l'exception de celles dont un EPCI a repris l'entièreté du financement. Elles ont été créées par la loi Borloo, c'était une bonne idée.

La gauche les a détruites. A toujours voir à court terme, on finit toujours par retomber. Une stratégie de développement économique ne peut pas s'envisager ainsi.

0 commentaires pour La gestion prévisionnelle des emplois et compétences, moteur du développement économique :

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment