2016 Une nouvelle année de souffrances.
Florence Samson - d'une entreprise, d'une association, d'un territoire
RSS

Articles récents

AGRICULTURE Un monde à plusieurs vitesses et sous pression
L'égo, notre pire ennemie
Macron : Le voile se lève et le vernis craque
Roue de l'éveil spirituel
Trump sacrifie l'avenir de nos enfants

Catégories

Développement personnel
Economie, emploi
Evènements
Faits de société
Mes écrits
Mon parcours professionnel
Quatrième de couverture de mes essais
SITE ACSER.ORG
Sur la Toile
fourni par

Mon blog

2016 Une nouvelle année de souffrances.

2016 est sur le point de tirer sa révérence.

Que retenir de cette année ?Une année encore très compliquée pour nombre de personnes qui n’ont ni toit, ni à manger et à boire tous les jours partout dans le monde y compris en France.

Une année où notre économie détruit des emplois plus qu’elle en construit. Un chômage de longue durée qui détruit peu à peu des personnes. L’isolement social est une réalité aussi bien en ville que dans nos campagnes. On pense toujours aux banlieues pour aider les demandeurs d’emploi, en revanche on oubli les zones rurales où à l’isolement social s’ajoute l’isolement géographique faute de transports en commun suffisants. On parle beaucoup du chômage des jeunes non qualifiés, cependant les jeunes qualifiés le vivent aussi. Il en est de même pour les seniors qualifiés, expérimentés, voire cadres qui sont victimes du chômage de longues durée. A 45 ans ces personnes ont beaucoup à apporter à notre société qui les délaisse. Or leurs compétences et talents sont autant d'atouts pour notre économie. Avant d’envisager d’augmenter l’âge légal de la retraite à 65 ans, il faudrait tout d’abord embaucher les seniors. Le chômage, une vraie calamité pour notre société mais surtout pour ceux qui le vivent au quotidien en se battant pour retrouver un emploi. On stigmatise les chômeurs, les considérant comme des assistés alors qu’ils ne sont qu’une minorité à profiter du système. On est prêt à rendre dégressive leur allocation de retour à l’emploi, punissant ainsi la majorité du fait des profiteurs minoritaires. Ainsi on créera plus de précarité, de pauvreté et le gouffre se creusera un peu plus entre les pauvres, les classes moyennes qui trinquent pour tout le monde et les personnes aisées.

Une année encore bien difficile pour nos entreprises qui pour certaines ont du mettre la clef sous la porte. Les charges sont importantes et notre économie est essentiellement portée par les TPE/PME. Des petits patrons qui chaque jours se battent pour maintenir à flot leur entreprise et l’emploi loin de l’image des patrons qui du CAC40 qui en fait ne sont pas des entrepreneurs mais des salariés d’une entreprise fleuron du savoir-faire français. Entreprendre, c’est créé son activité, son emploi et celui des autres. Pour cela, il faut que le monopole du RSI disparaisse tant il est à l’origine de l’étouffement des entrepreneurs. Vous avez à peine monté votre entreprise que l’État vous tombe dessus avec des impôts et taxes. Ce n’est pas ainsi que l’on peut libérer la créativité et de fait cela refroidi plus d’un chômeur pour se lancer dans l’aventure faute d’argent. En somme, notre économie est encore et toujours en souffrance.

Nos politiques sont de plus en plus coupés de la réalité du quotidien de leurs concitoyens. Les nationalismes et populismes trouvent un écho de plus en plus important. Le totalitarisme, le protectionnisme ont encore le vent en poupe. Le renouveau de la classe politique est une urgence. Il est temps qu’une nouvelle génération arrive aux commandes des états. Nous avons besoins de sang neuf, d’idées neuves et de politiques vivant le quotidien de leurs concitoyens. La classe actuelle a oublié que le pouvoir appartient au peuple et qu’elle doit sa place aux électeurs à qui elle doit rendre des comptes. Un élu est représentant du peuple, il doit gouverner pour le peuple et en son nom et non pour une minorité. Il doit défendre les intérêts d’une population et non d’un entre-soi ou d’une minorité. Pour se faire le non-cumul des mandats doit être la règle, c’est ainsi que nous renouvellerons la classe politique, obligeant les élus à se consacrer uniquement à leur mandat.

Une nouvelle année où les canons et la mitraille ont trop souvent fait l’actualité. Des milliers de morts en raison de la barbarie des djihadistes qui n’ont toujours pas compris qu’ils ne gagneront pas cette guerre par laquelle ils veulent nous soumettre à une idéologie nihiliste. Idéologie qui s’est répandue du fait de la lâcheté et du clientélisme électoral. Alors que depuis le 11 septembre 2001 de nombreux signes avant-coureurs étaient présents et que de nombreuses auteures musulmanes nous mettaient en garde. A se voiler la face sur la réalité de la montée du djihadisme et en acceptant l’argent des monarchies du moyen-orient qui financent aussi les terroristes, nous payons le prix du sang et de la mort. Là aussi nos politiques sont responsables de lâcheté. Remettre la légion d’honneur à un émir saoudien alors que les femmes sont aliénées dans son pays est une infamie. Les médias sont aussi responsables de la chose. Seuls certains courageux ont osés dire les choses parfois au péril de leur vie, voire en le payant de leur vie.

En voulant voir le verre à moitié plein, je dirai que la solidarité est encore présente en 2016. Pour le moment les français donnent toujours soit de l’argent, soit de leur temps dans le monde associatif.

Espérons qu’en 2017, nous ayons une année maquée par plus de paix, de solidarité et que nos politiques cessent de penser exclusivement à leur réélection mais plus au fait qu’ils ont un mandat, le notre, in fine ils sont quelque part nos salariés puisque ce sont nos impôts qui les rémunèrent.

0 commentaires pour 2016 Une nouvelle année de souffrances.:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment